Annie Abrahams -Training for a Better World

4th November 2011
arts | audio | collaboration | community | conceptual | exhibition | experimental | network | new media art | performance | portraiture | technology | video - michael

angry women left
Angry Women (Left Panel/Clip) (2011, 188MB, 6:23 min)

angry women left
Angry Women (Right Panel/Clip) (2011, 142MB, 6:33 min)

Here are a couple of extracts by Annie Abrahams, whose work we love here at DVblog, from her show Training For a Better World which is currently running at the Centre Régional d’Art Contemporain, Languedoc-Roussillon in Sète until the first of January 2012.
I’d seriously suggest that anyone physically able to do so should visit it – I travelled down from London in a day, stayed a night and then trekked back, all by train. Very pleasant it was too.

Abraham’s exhibition runs in tandem with another, of the works of French artist Catherine Gfeller; Gfeller on the ground floor and Abrahams on the first, and the formal similarities (though I think these are largely superficial, for reasons I’ll enlarge upon soon) – the use of both moving and still images, text, an intervention at some level in the mechanics , the whys and wherefores, of how one presents these as art in a gallery setting – make it a stimulating pairing.

Abraham’s selection includes four pieces which are essentially (with some qualifications) video. They are constructed out of the telematics performance territory that she has so signally staked out in the last few years but, she insists, are not documentations of those performances. I think she’s right to emphasise this distinction – although in one sense the pieces clearly do document things that happened in performance they are ultimately video pieces made performatively .

The show doesn’t consist of moving image work only. There are some prints, drawings and a minimalist installation consisting of a single photograph of a pair of married fire-fighters and a sound track of them reading (in an extraordinarily graceful and musical edit [and this is where in this piece any surface similarities to, say, Nauman find their limit. Grace. Grace and elegance throughout.]) a collaborative text on fear.

The moving image and the other pieces occupy different ends of what is mostly a long thin exhibition space and are connected –“tied” together by a “ribbon”- a very long, three or four inch high, strip, of black highlighted, collaboratively generated white text –on the theme of madness – running at floor level for some considerable distance.

It’s important to both acknowledge this distinctly bi-partite character and then to immediately forget about it, so intimate is the connection between the two halves.
Despite the disparate and apparently laissez-faire methodologies used in the generation of all the work and the huge level of trust in the participants evinced by Abrahams, one’s main impression is of a body of work which forms a tight unity both stylistically and in its preoccupations. (And I’d argue that the principal pre-occupation is the question of what it means, physically, socially, psychically, to be a human being. And, further, that this high seriousness –allied to a playfulness which veers from the childishly innocent to the Rabelaisian – is what ultimately gives this work its huge authority and significance and distinguishes it in kind from the technically well executed and often engaging work on the floor below.)

The jewel in the crown of the show is the video installation ‘Angry Women’, created by Abrahams and 22 other women of many nationalities (3 more , in fact, in total, 2 “backstage” assistants, and a performer who opted for silence throughout) speaking about, acting out, demonstrating, reflecting upon, their anger and its causes and triggers, on webcams at their different individual locations and in their native tongues, with the images being sent to a 3X4 grid, in a format that Abrahams has made her own. Because of the limits of even current streaming technology it was necessary to conduct two distinct performances, separated, in fact, by an interval of two months. The length of each was determined by a protocol where a minute’s silence by all participants signalled the end. This resulted in pieces of differing lengths the lack of synchronisation of which adds another layer of fragile grace to the final projections, projected large on adjacent walls around their common corner, with sound from the left image grid fed to the right speaker and vice versa.

The piece occupies most of a large rectangular space at the CRAC (with the video ‘Double Blind (love)’, a collaboration with Curt Cloninger we’ve savoured here before, in its performance incarnation, in the opposite corner and in its full and majestic 264 minute duration).

The impact is visceral – we face what feels like a wave of humanity, not so much in numbers, although 23 women is impressive, at least to this man, but in the infinite malleability of face and hand, of gesture and expression and of how these things might occupy a frame. Sometimes that frame will resemble a Giacometti portrait, with the subject appearing to recede into what seems to be endlessly deep space. At others red lips or an open mouth, sensual and terrifying by turns, occupy the whole of the space – and furthermore each cell is constantly in flux (because these are living, breathing, unpredictable, human beings). There’s something both of portraiture and of the dance at work here, and a kind of found poetry too (which the moving image work has in common with the collaborative texts at the other end of the exhibition). The combination of iron control, planning, foresight (the grid, the protocols) with the letting go and trust evident elsewhere – the phased lengths, the blank space for the person who didn’t turn up, the open performative structure – makes for something of great richness.
Additionally it’s clear that those performers who had previous experience of the format were consciously playing with and against their fellows – gestures are mirrored, sounds echoed, the fiction of looking elsewhere – to the side, or above – of making contact in and across the grid itself, is impressively sustained.

The angry women turn out to be at one and the same time very particular – unique – women and women in general too; the women in general turn out to be human beings in general (and general en masse because each so particular) and the human beings in general turn out to live here, or there, now, in this, one, our only, very particular, world – that mysterious, frightening and wonderful place.

Book your train/plane ticket now!

***

Voici quelques extraits par Annie Abrahams, dont nous aimons le travail ici à DVblog, de son exposition Training For a Better World qui se déroule actuellement au Centre Régional d’Art Contemporain, Languedoc-Roussillon à Sète jusqu’au premier janvier 2012.
Je suggère sérieusement de la visiter à quiconque qui est effectivement en mesure d’y aller – j’ai voyagé depuis Londres en une seule journée, je suis resté une nuit et j’ai fait le retour le lendemain, le tout par train. C’était très agréable.

L’exposition d’Abrahams fonctionne en tandem avec une autre, des œuvres de l’artiste française Catherine Gfeller; Gfeller au rez de chaussée et Abrahams au premier étage, et les similitudes formelles (bien que je pense qu’elles soient essentiellement superficiels, pour des raisons sur lesquelles je vais m’étendre bientôt) – l’utilisation à la fois de l’image fixe et de l’image en mouvement, du texte, l’intervention à un certain niveau dans la mécanique, les tenants et aboutissants, de la façon dont on présente celles ci en tant que de l’art dans le contexte d’une galerie – en font un jumelage stimulant.

La sélection d’Abrahams comprend quatre pièces qui sont essentiellement (avec certaines réserves) vidéo. Elles sont construites à partir du territoire de la performance télématique qu’elle a jalonné si singulièrement les dernières années, mais, elle insiste, ce ne sont pas des documentations de ces performances. Je pense qu’elle a raison de souligner cette distinction – bien que dans un sens les pièces documentent bel et bien ce qui est arrivé dans la performance, elles sont finalement des pièces vidéo réalisées performativement.

L’exposition ne consiste pas seulement d’images en mouvement. Il y a quelques imprimées, des dessins et une installation minimaliste composé d’une seule photo d’un couple de pompiers mariés et une piste sonore d’eux lisant (dans un montage extrêmement gracieuse et musicale [et c'est là que dans cette pièce toute similitude de surface à, disons, Nauman trouve son limite. Grace. Grâce et de l'élégance tout au long.]) un texte collaborative sur la peur.

L’image en mouvement et les autres pièces occupent des extrémités différents de ce qui est surtout un espace d’exposition longue et mince et sont reliés – “liées” par un “ruban” – une très longue, trois ou quatre pouces de haut, bande, de texte blanc, généré en collaboration, souligné en noir – sur le thème de la folie – se déroulant au niveau du sol sur une distance considérable.

Il est important de reconnaître ce caractère nettement bi-partite et ensuite de l’oublier immédiatement, tellement intime est la connexion entre les deux moitiés.
Malgré les méthodologies disparates et apparemment laissez-faire utilisées dans la production de tout le travail et l’énorme niveau de confiance aux participants manifesté par Abrahams, la principale impression est celle d’un corps de travail qui forme une unité serrée à la fois stylistique et dans ses préoccupations. (Et je dirais que la principale préoccupation est la question de ce qu’il signifie, physiquement, socialement, psychologiquement, d’être un être humain. Et, puis, que cette haute degré de sérieux, allié à un enjouement qui vire de l’innocence enfantine au rabelaisien – est, ce qui donne finalement ce travail son énorme autorité et importance et le distingue de sa nature du travail techniquement bien exécuté et souvent engageant de l’étage en dessous).

Le joyau de la couronne de l’exposition est l’installation vidéo «Angry Women», créé par Abrahams et 22 autres femmes de plusieurs nationalités, (en fait, 3 de plus au total, 2 assistantes de “secours”, et une performeuse qui a choisi de rester silencieuse jusqu’à la fin), parlant, actant, démontrant, réfléchissant à, leur colère et ses causes et déclencheurs, devant des webcams dans leurs locations individuellement différentes et dans leur langue maternelle, avec les images envoyées à une grille de 3X4, dans un format que Abrahams a fait le sien. En raison des limites des technologies de streaming, mêmes actuelles, il était nécessaire d’effectuer deux performances distinctes, en fait séparées par une période de deux mois. La longueur de chaque performance a été déterminé par un protocole où une minute de silence par toutes les participantes marquait la fin. Il en résulte des pièces de longueurs différentes dont le manque de synchronisation ajoute une autre couche de grâce fragile aux projections finales, projetées en grand sur des murs adjacents autour de leur coin commun, avec le son de l’ image grillée de gauche envoyé au haut-parleur droit et vice versa.

La pièce occupe la majeure partie d’un grand espace rectangulaire au CRAC (avec la vidéo «Double Blind (love)», une collaboration avec Curt Cloninger que nous avons savouré ici avant dans son incarnation performative, dans le coin opposé, dans sa durée totale et majestueuse de 264 minutes).

L’effet est viscérale – nous faisons face à ce qui ressemble à une vague de humanité, non pas tant en nombre, bien que 23 femmes est impressionnant, au moins à cet homme, mais dans l’incessante malléabilité du visage et des mains, du geste et de l’expression et de la façon dont ces choses peuvent occuper un cadre. Parfois, ce cadre ressemble à un portrait de Giacometti, avec le sujet apparaissant reculer dans ce qui semble être un espace profond infini. À d’autres moments, des lèvres rouges ou une bouche ouverte, sensuel et terrifiant à tour de rôle, occupent la totalité de l’espace – et en plus chaque cellule est constamment en mouvement (parce que ce sont des êtres humains vivantes, respirantes, imprévisibles). Il y a quelque chose à la fois du portrait et de la danse à l’œuvre ici, et aussi une sorte de poésie trouvée (ce que le travail d’image en mouvement a en commun avec les textes collaboratives à l’autre bout de l’exposition). La combinaison du contrôle de fer, de la planification, de la prévision (la grille, les protocoles) avec le laisser-aller et la confiance manifeste ailleurs – les longueurs phasées, l’espace noir pour la personne qui ne se présente pas, la structure performative ouverte – produit quelque chose d’une grande richesse.
En outre, il est clair que ces artistes qui ont eu une expérience antérieure du format ont joué sciemment avec et contre leurs partenaires – les gestes sont mises en miroir, des sons font écho, la fiction de regarder ailleurs – sur le côté ou au-dessus – la prise de contact dans et à travers la grille lui-même, est impressionnant et soutenue.

Les femmes en colère se révèlent être tout à la fois des femmes très particulier – unique – et des femmes en général aussi ; les femmes en général se révèlent être des êtres humains en général (et en général en masse parce que chacune si particulière) et les êtres humains en général s’avèrent vivre ici, ou là, maintenant, dans ce, un, notre seul, très particulier monde – cet endroit mystérieux, effrayant et merveilleux.

Réservez votre train / avion billet dès maintenant!